Et les "flavors" ?

septembre 2002

Une distribution Linux réuni un ensemble de logiciels et d’utilitaire de configuration autour d’une version du noyau. A ce niveau, s’exprime "l’universalité" de Linux, en tant que système d’exploitation. Les grandes familles d’ordinateurs sont cependant trop différentes pour qu’il soit envisageable de proposer exactement la même "distribution" dans tous les cas.

Chaque éditeur va donc adapter sa (ses) distribution(s) à un certains nombre d’ordinateurs, regroupés en fonction du microprocesseur qu’ils utilisent. Ces adapations sont appelées "flavors".

À titre d’exemple, Debian édite des adaptations pour les familles de microprocesseurs compatibles Intel, de Motorolla 68000 et de PowerPC Motorolla ou IBM, de Sun Sparc, de Compaq Alpha)... En clair, cela signifie que l’on peut installer Debian GNU/Linux sur un compatible PC, un Amiga, un PowerMac, une station de travail Sun ou DEC...

Est-il besoin de préciser qu’il sera rigoureusement impossible d’installer Linux sur un PC à partir d’une distribution pour PowerMac ? On l’aura compris, ces différences "d’apdaptation" ont une importance pratique capitale. Ainsi, pour l’utilisateur lambda d’une Debian sur PC, n’importe quelle distribution pour PC lui semblera plus familière que l’adaptation pour Sparc de la Debian qui tourne sur sa machine.

L’homogénéité entre les différents flavors d’une même distribution n’apparaît qu’au niveau d’un parc de machines hétérogènes. Cela concerne donc, au premier chef, les organisations. Sont également concernés tous collectifs partageant des connaissances et des expériences